Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 18:29
UN  MOIS, UNE  FLEUR (78)

Localisation: friches

 

Poacées

 

Brachypodium retusum, Barchypode rameux,gazon de Provence, Herbe à moutons ou engraisse moutons, Baouque

 

Floraison : de mai à juillet

 

occitan : Engraisse-motons, Bauca, Pelenc

 

 

La photo prise ces derniers jours, nous offre un buisson touffu avec un mélange de tiges sèches et plus fraîches.  Hauteur : plus ou moins 50 cm.

 

Il s'agit d'une vivace  méditerranéenne très répandue et qui s'invite partout...

 

Tiges rameuses à la base et feuilles étroites, parfois enroulées

Tiges rameuses à la base et feuilles étroites, parfois enroulées

Du même buisson, parties sèches et reste d'épillets (fleurs)

Du même buisson, parties sèches et reste d'épillets (fleurs)

La Baouque est vraiment LA graminée de nos garrigues, extrêmement acclimatée aux régions les plus sèches.

 

Elle a été chouchoutée par les bergers (par brûlage entre autres)  car c'est une herbe qu'affectionnent les moutons. d'où son appellation "engraisse-moutons".

 

Facilement reconnaissable à son aspect brouillon quand elle est épanouie, très feuillée à la base, ses tiges rameuses et à noeuds;  et ses feuilles sur deux rangs (elle est aussi appelée Brachypode à feuilles tronquées).

 

A bientôt.

Partager cet article

Repost 0
Published by Ventenac Equitable - dans BOTANIQUE
commenter cet article
22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 10:47

 

 

 

 

Localisation : jardin

 

Sonchus oleraceus, Laiteron lisse ou potager ou maraîcher

 

Astéracées (anciennement composées)

 

Floraison : quasi toute l'année (photo prise le 22 décembre!)

 

Occitan : alargue, auriga

 

Ce laiteron, dit lisse (ses feuilles brillent!) ou potager ou maraîcher (parce qu'il se mange) peut être annuel, bisannuel ou vivace !

 

Ce qui explique sa diffusion d'autant qu'il s'accomode de tout terrain riche en azote (nitrophile) et qu'il fleurit quasi toute l'année. Le fruit à aigrette accentue sa proléfération!  Capacité de survie inouïe !

 

Sa fleur, ligulée, est d'un jaune pâle assez petite, 1.5 à 2 cm.

UN  MOIS,  UNE FLEUR  (77)

L'ensemble des fleurs se présente sous forme de capitules entourés d'un involucre de bractées (petites feuilles inégales se recouvrant l'une l'autre). 

On le voit bien sur la photo ci-dessous.

UN  MOIS,  UNE FLEUR  (77)

Toute la plante exsude un lait blanc lorsqu'on la brise, d'où son nom de laiteron. Comme la laitue...

D'ailleurs, les feuilles jeunes se mangent en salade. Cuites aussi.

Elles se présentent comme assez grandes, lisses, dentées mollement et embrassant la tige qui est anguleuse et souvent pourpre.

UN  MOIS,  UNE FLEUR  (77)

Nous aurons certainement l'occasion de comparer ce laiteron à bien d'autres et surtout le laiteron des champs qui lui ressemble beaucoup ainsi que le laiteron âpre. Mais la confusion n'entraînera aucun danger  lors de leur consommation.

 

"Oleraceus" veut dire "utilisé comme un légume".

 

Il a été cultivé par les Romains puis à partir de la Renaissance, il a été remplacé par la laitue. Pour éviter les petites dents des feuilles, il est conseillé de ciseler les jeunes pousses, ce qui en fait d'excellentes salades non amères. Les feuilles développées feront de bonnes soupes. Les racines cuites sont aussi comestibles.

 

Comme dit le spécialiste François Couplan : " Le laiteron est l'un de nos meilleurs légumes sauvages".

 

Et comme il est super abondant, bonne cueillette en ces jours d'hiver très doux.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ventenac Equitable - dans BOTANIQUE
commenter cet article
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 19:05
UN  MOIS,  UNE  FLEUR (76)

Localisation : jardin mais aussi le long du Canal du Midi

 

Arbutus Unedo, arbousier commun, arbre à fraises

 

Ericacées

 

Occitan : arboç

 

Floraison et fructification : automne

 

Et c'est bien ça la particularité de ce petit arbuste méditérranéen, à feuilles persistantes. Les deux photos ont été prises en novembre.

 

Aux petites clochettes blanches se joignent les jolies baies rouges de la floraison précédente.

UN  MOIS,  UNE  FLEUR (76)

Les arbouses, riches en Vit. C, se mangent bien rouges et un peu molles : une pulpe farineuse ravira bien des papilles et remplira  les pots de confiture. On en fait de l'alcool aussi.

 

C'est un arbuste qui affectionne les sols siliceux: on le rencontre en colonies dans les Corbières, dans le maquis (sol acide).

 

Il est entièrement médicinal : racine, écorce, feuilles et fruits.

 

Et le petit plus : il est très décoratif. Autant l'adopter au jardin!

 

Bel automne à tous!   

                                    

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ventenac Equitable - dans BOTANIQUE
commenter cet article
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 23:11
Photos prises le 20 octobre 2014

Photos prises le 20 octobre 2014

Polygonum aviculare, Renouée des oiseaux, centinode, herbe aux cent noeuds, traînasse, herbe-à-cochon, tire-goret.

Localisation : chemins de vigne et de halage (Canal du Midi)

Polygonacées

Floraison: de juin à octobre

Occitan : Tirasseta

UN  MOIS,  UNE  FLEUR (75)

Comme l'illustrent  bien les deux photos ci-dessus-dessous, la caractéristique principale des renouées, c'est la gaine à la base des pétioles, appelée "ochréa", d'où leur nom.

"Poly" = nombreux ; "gonum" = genoux

Notre plante du jour, la renouée des oiseaux est une petite plante très tapissante annuelle dont les graines sont convoitées par les petits oiseaux.

.

Tout est petit pour cette plante! Les fleurs aussi donc, souvent blanches.

UN  MOIS,  UNE  FLEUR (75)

Mais ses vertus la grandissent car elle est mellifère et médicinale.  Elle soigne la diarrhée, la goutte, les rhumatismes, les hémorroïdes. Astringente, vermifuge et diurétique (voir Wikipédia).

Elle soignerait aussi les inflammations de la gorge et de la peau.  Elle est prisée par la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC).

ttp://www.mr-plantes.com/2011/03/renouee-des-oiseaux-polygonum-aviculare/

Bonne fille: elle pousse partout en Europe, se satisfaisant de tout terrain, ce que n'apprécient pas les jardiniers...

Les agriculteurs l'utilisent pour nourrir les porcs.

 

 

A bientôt  au coeur de l'automne.   

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ventenac Equitable - dans BOTANIQUE
commenter cet article
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 16:39

 

 

 

 

Localisation :bord du Canal du Midi

 

 

 

Bidens tripartita, Bident tripartite ou Bident à feuilles tripartites

 

Composées : Astéracées (ou Composées)

 

Floraison: été

 

Occitan : inconnu

 

 

 

 

 

 

 

C'est une belle plante annuelle, originaire des pays tempérés. Assez grande, elle balance ses petits pompons dorés de façon élégante, partout où la terre est humide

UN  MOIS,  UNE  FLEUR (74)

Les graines, noires et plates, possèdent deux dents bien visibles, d'où son nom "bidens".

 

Et l'adjectif "tripartite" renvoie à ses feuilles divisées en trois lobes.

UN  MOIS,  UNE  FLEUR (74)

La plante, appelée aussi chanvre d'eau, aurait des vertus thérapeutiques en soignant les troubles digestifs, entre autres.

 

 

 

Bel automne à tous!

Partager cet article

Repost 0
Published by Ventenac Equitable - dans BOTANIQUE
commenter cet article
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 09:29
UN  MOIS,  UNE  FLEUR (73)

Localisation : partout!

 

Conyza canadensis, Erigéron ou vergerette du Canada

 

Famille : Astéracées

 

Floraison : été, automne

 

Occitan : carbe bastard

 

Partout et donc invasif, du moins en Languedoc. C'est une herbacée annuelle qui se ressème allègrement à l'aide de ses fruits à aigrette. Et comme nous avons beaucoup de vent..., les vignes, les jardins, les jachères en sont  pleins.

UN  MOIS,  UNE  FLEUR (73)

La photo peut prêter à confusion... mais il est vrai que l'érigéron du canada peut dépasser le mètre là où il se plaît.  Même sur sol très sec, il est téméraire ! 

 

 

 

 

 

 

Mais au lieu de pester contre lui, nous pourrions l'utiliser : l'érigéron a des propriétés médicinales. Il est anti-inflammatoire, diurétique, balsamique.

 

 

 

 

 

Et selon Wikipedia : "La tradition veut que les « vergerettes » portent ce nom parce que certaines de ces plantes servaient autrefois de verges (fouets) pour punir les enfants. Lorsque l'on froisse son port, la plante dégage une odeur particulière qui, selon une tradition ancienne, aurait la propriété d'éloigner les sorcières."

 

Encore une belle vertu!

 

Excellente fin d'été!

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ventenac Equitable - dans BOTANIQUE
commenter cet article
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 10:29
UN  MOIS,  UNE  FLEUR (72)

Localisation : ancien lavoir, Canal du Midi

 

Stachys palustris, Epiaire des marais, ortie bourbière, ortie morte des marais

 

Lamiacées ou Labiées

 

Floraison : de juin à septembre

 

occitan : "Pan de mirga" pour "épiaire"

 

Voilà une vivace qu'on ne voit pas dans nos garrigues, mais dès qu'il y a de l'eau... Son nom l'indique :elle affectionne tout lieu humide.

UN  MOIS,  UNE  FLEUR (72)

Comme toutes les lamiacées, sa tige est velue et carrée (4 angles) et les feuilles opposées. Le problème avec cette famille : elle s'hybride facilement, ce qui rend parfois difficile l'identification.

 

Ses fleurs roses sont situées en verticilles sur la tige.

 

Plante médicinale, l'épiaire des marais est diurétique, astringente et cicatrisante (http://http://isaisons.free.fr/stachys-palustris.htm).

Elle aurait été utilisée depuis l'Antiquité pour soulager les douleurs des menstruations.

 

Elle est aussi comestible (fleurs,jeunes feuilles en salade et rhizome).

 

Plante protégée en région PACA.

 

De bonnes vacances à tous!

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ventenac Equitable - dans BOTANIQUE
commenter cet article
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 22:55
UN  MOIS,  UNE  FLEUR (71)

Localisation : ancienne vigne, friche

 

Picris echioides, Picride fausse vipérine, "engraisse-porc"

 

Famille : astéracées

 

Floraison : de juin à septembre

 

Occitan : ?

 

Cette annuelle très commune dans le Midi,  aux poils raides, aux tiges striées et aux feuilles rudes, ondulées et comme "vérolées"! est une habituée des lieux cultivés et engraissés...

 

C'est donc une plante nitrophile (terre riche en nitrates) et rudérale (rudus en latin désignant des friches). Une bonne indicatrice de terrain!

 

Selon Gérard Ducerf*, elle signe un profond déséquilibre du sol, un engorgement organique et c'est hélas typique de tous les sols où pousse de la vigne  traitée depuis des décennies.

 

Dans un biotope sain, elle est comestible jeune, mais elle est amère : "picros" en grec veut dire "amer".

 

Son aspect hérissé lui a donné le surnom de "fausse vipérine". Les moutons, en tout cas, l'adorent : les brebis grossissent et ovulent mieux!

 

Bel été à l'ombre ou les pieds dans l'eau!

 

 

 

* Gérard Ducerf, Plantes bio-indicatrices alimentaires et médicinales. Guide de diagnostic des sols, Ed. Promonature, vol 1, 2007

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ventenac Equitable - dans BOTANIQUE
commenter cet article
23 mars 2014 7 23 /03 /mars /2014 17:52
UN  MOIS,  UNE  FLEUR  (65)

Localisation : bords du canal du Midi ou de l'Aude

 

Smyrnium olusatrum, Céleri sauvage, Persil de cheval, Grande Ache, Gros persil de Macédoine, Maceron potager

 

Apiacées ou Ombellifères

 

Floraison : printemps

 

Occitan : coscos

 

UN  MOIS,  UNE  FLEUR  (65)

Le maceron signe vraiment l'arrivée du printemps : il forme en ce moment, sur les bords du Canal, ses gros pompons,  futures ombelle  blanches.  

 

C'est une plante bisannuelle méditerranéenne, de belle envergure (de plus d'un mètre parfois) et qui se reconnaît aisément à sa tige creuse cannelée, ses feuilles engainantes striées et son feuillage découpé rappelant le céleri cultivé.  

 

D'ailleurs, on l'appelle "potager" : il a été beaucoup  utilisé comme condiment et/ou légume, au moyen-âge entre autres.

 

On peut encore manger en salade, les jeunes pousses, et même confire dans le vinaigre les boutons floraux et les fruits.  

 

A redécouvrir donc!

 

Bon  et joyeux printemps à tous   

Partager cet article

Repost 0
Published by Ventenac Equitable - dans BOTANIQUE
commenter cet article
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 21:37

 

 fr.wikipedia.org/wiki/Moringa_oleifera

Et selon Wikipedia :

 

"La tradition indienne de l'Ayurvéda indiquait que les feuilles du Moringa guérissaient plus de 300 maladies.

Moringa oleifera, souvent appelée simplement moringa, est une espèce de petit arbre pouvant mesurer jusqu'à 10 m de la famille des Moringaceae.

Elle est originaire du nord de l'Inde et est maintenant acclimatée dans presque toutes les régions tropicales, elle résiste bien à la sécheresse et a une croissance rapide."

 

Dans le Midi Libre, 19 février :

 

Jacques Plan, au Bénin, avec deux membres locaux de Silva, au milieu des moringas.
Jacques Plan, au Bénin, avec deux membres locaux de Silva, au milieu des moringas. (D.R)

 

Le moringa pourrait à la fois nourrir les Africains et débarrasser Rhône et étangs des PCB, métaux et pesticides. Utopique ou génial, au choix.
 

On se méfie, d’abord. Comment un arbre pourrait-il guérir tous les maux de la terre, et accessoirement ceux de la Camargue ? C’est pourtant la promesse d’un consultant, Georges Senot, sûr d’éradiquer PCB, pesticides, métaux lourds, médicaments... Et assurer qui plus est une démoustication efficace ! Son idée : dépolluer Rhône et étangs grâce aux graines, utilisées en tourteaux, d’un arbre d’origine indienne, le moringa oleifera, très présent aussi en Afrique depuis le XIXe  siècle. Georges Senot s’est cassé les dents à taper à la porte des institutions, dont l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qu’il soupçonne d’avoir mis le moringa "sur une liste noire". Selon lui, si on ne recourt pas aux vertus de l’arbre, c’est qu’"il est très dangereux pour le système industriel". Il viendrait perturber les plans des réseaux pharmaceutiques et pétroliers ou des grands groupes de traitement des eaux. Et pourtant, "cet arbre est tellement merveilleux qu’on a peine à croire tout ce qu’il peut faire". Les feuilles pourraient soigner des maladies, au grand dam des laboratoires. Son pouvoir nutritionnel est déjà reconnu. L’huile extraite pourrait servir de carburant "et on pourrait laisser le pétrole sous terre". Sans compter, donc, son potentiel dépolluant... En Camargue comme en Bretagne : "Vous mettez du moringa et il n’y a plus d’algues vertes ni de nitrates."

 Fidel Castro ne jure que par le moringa et veut en couvrir les terres de Cuba

Un arbre miracle, potion magique, à en croire Georges Senot... "Je suis prêt à prendre de l’eau du Gange, à mettre du moringa dedans et à boire l’eau, c’est mieux que l’Evian !", s’enthousiasme-t-il. Il cherche à convaincre des collectivités, partout où le moringa pourrait être efficace, de la pertinence de son utilisation. Rien de plus simple, selon lui : les graines de moringa - comme des gros haricots - peuvent être utilisées comme floculant des impuretés de l’eau. "Ça fait aimant et tout tombe au fond. On drague ensuite et on fait brûler tout ça dans les cimenteries." Employé comme insecticide, le moringa serait en outre une alternative à l’agent utilisé pour la démoustication de la Camargue, le BTI, "qui n’a rien d’écologique contrairement à ce qu’on dit". Au moins un politique s’est emparé du sujet : Fidel Castro ne jure que par le moringa et veut en couvrir les terres de Cuba. L’Inde "est avancée là-dessus, mais dans le secret". Le moringa a l’avantage de nourrir les populations locales. Un Montpelliérain en atteste. Jacques Plan est directeur de Cofor international, une branche de l’association des communes forestières. "C’est un complément alimentaire assez miraculeux", soutient-il. Les feuilles sont utilisées vertes en légumes, ou sont séchées et transformées en poudre. Certains orphelinats en ont fait, en Afrique, leur produit phare : la renutrition classique coûte cher, et le moringa apporte les protéines et les éléments minéraux nécessaires.

Georges Senot est sûr que le moringa pourrait être un remède à la famine

Voilà qui en ferait un exemple de coopération Nord-Sud. Un arbre tropical impossible à transplanter sous nos latitudes mais qui pourrait à la fois nourrir les populations du Sud et résorber les excès industriels du Nord. "Ça filtre les bactéries, assure Jacques Plan. Vous garantir que ça purifierait les eaux du Rhône, honnêtement, je ne peux pas. Mais je peux vous certifier que les enfants malades, avec le moringa, recouvrent la santé. Des trucs miracle, on en a vendus beaucoup aux Africains, comme la culture du jatrofa (une plante, NDLR) pour en faire du carburant. Mais le jatrofa est toxique. Les gens s’empoisonnent. Le moringa, ils connaissent. On ne pourrait pas nous accuser de faire une production d’exportation, puisqu’on n’exporterait que les tourteaux. C’est du gagnant-gagnant." Georges Senot, quant à lui, est sûr que le moringa pourrait être un remède à la famine : il ne pousse que dans les zones tropicales, et c’est là où se cristallise la faim dans le monde. "Il faut donner du moringa à ces populations. C’est un sujet explosif et je suis prêt à mettre le feu."

Des expériences voisines sont déjà menées : à Saint-Just (Hérault), la Lyonnaise des eaux piège sur une zone humide les résidus médicamenteux et cosmétiques au débouché d’une station d’épuration. A Saint-Laurent-le-Minier (Gard), ce sont les sols qu’on dépollue avec des plantes locales qui stockent les métaux lourds sur le site de l’ancien bassin minier.
 

 
DE MONTPELLIER AU BÉNIN

 

Jacques Plan est ingénieur forestier tropical. Il avait été détaché du ministère de l’Agriculture pour s’occuper de ce secteur au sein de Cofor, l’association des communes forestières françaises. Une branche spécifique a été créée en 2009. Jacques Plan étant Montpelliérain, le siège a donc été implanté dans la capitale régionale. Cofor international mène en ce moment un programme au Bénin, pour créer des forêts communales. « On en est déjà à 350 000 hectares et l’objectif est de 600 000 », insiste Jacques Plan. La culture itinérante détruit les forêts. Une production comme le moringa pourrait permettre de trouver un débouché économique.
Jacques Plan est aussi partie prenante d’une autre association montpelliéraine, Silva. Elle rassemble « des gens qui ont passé des dizaines d’années en Afrique », à l’instar de salariés du Cirad ou de Supagro. Parmi les projets, la sensibilisation des enfants aux forêts souvent extrêmement dégradées. 

 

 

http://www.siamdishonline.com/moringa/MoringaFlower.jpg

http://www.siamdishonline.com/moringa/MoringaFlower.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Ventenac Equitable - dans AGROECOLOGIE BOTANIQUE POLLUTION
commenter cet article

  • : Ventenac Equitable
  • Ventenac  Equitable
  • : Lieu d'écoute, de parole et de débat pour tous les Ventenacois et Ventenacoises, créé lors des Elections Municipales de mars 2008 et qui, dans cette mouvance-là, reste un lieu de réflexion et de vigilance.
  • Contact

  • Ventenac Equitable
  • Groupe citoyen local, blog citoyen
  • Groupe citoyen local, blog citoyen

PRESENTATION

    Ce Blog est un lieu d'échanges. Si vous voulez vous tenir informés, notez votre email, dans la colonne de droite, sous la rubrique "Inscription=information". Si vous désirez un contact privé, écrivez-nous! Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.
Nous nous réservons le droit de supprimer tout propos publié que nous jugerions diffamatoire, injurieux,etc.

colibris
Lire l'Historique de Ventenac: en ligne,  depuis le site de la Mairie : ICI   

Nombre de visiteurs. Merci!

 :D

Date de création du blog  : 13/02/08

Web citoyen

Webcitoyen.com
Recommandé par des Influenceurs
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -